Le MagDes idées pour construire demain

La ferme des Petits Pas

Bonjour Jérome, peux-tu te présenter briévement? Quel est ton parcours?

Il n'est jamais évident de se qualifier simplement. Je dirais que je suis un jardinier-maraîcher, bio et permaculteur, et que j'aspire à devenir un paysan nourricier - produisant pour la communauté certains des aliments qui lui sont nécessaires. Installé depuis 2012 à Durtal dans le Maine-et-Loire, je débute ma troisième saison, et ma Ferme des Petits Pas commence enfin à ressembler à ce que j'avais imaginé en arrivant.

Ma vocation est venue de mon engagement au sein des AMAP (association pour le maintien d'une agriculture paysanne). Ayant créé un groupe de consom'acteurs à Paris, je me suis rapidement investi dans les réseau régional (AMAP-IdF) et international (Urgenci), puis j'ai participé à la fondation du réseau national (MIRAMAP). Avec AMAP-IdF, nous avons mis en place une couveuse d'activités agricoles et rurales - Les Champs des Possibles – afin d'aider les candidats à l'installation. C'est à partir de là que j'ai moi-même commencé mon parcours jusqu'à créer ma propre ferme.

Pourquoi as-tu souhaité réaliser ce projet ?

Mettre ainsi la main à la pâte m'a donné l'envie de devenir moi-même un acteur du changement. Au début de mon engagement militant et associatif au sein des AMAP, j'ai ressenti le besoin d'en savoir plus sur la notion d'agroécologie et tout ce qui s'y rattachait.

Un ami m'a alors parlé du stage 'Initiation à la terre' qu'il avait fait avec Terre & Humanisme au Mas de Beaulieu et cela m'a paru pertinent de prendre du temps pour découvrir de quoi il retournait.
J'y ai non seulement découvert ce qui se cachait derrière les concepts de biodynamie ou encore de permaculture mais ai eu le plaisir de faire, et surtout de rencontrer de nombreuses autres personnes elles-mêmes en chemin vers. Tout ce que j'avais pu lire jusque là prenait sens et surtout s'incarnait dans ces personnes aux parcours si variés.
Ce stage m'a donné l'envie d'avancer et a probablement semé la graine qui m'a conduit à m'installer comme maraîcher bio, mais - au-delà - a répandu un terreau propice à des questionnements sur des approches originales comme la permaculture.
Mais avant tout, c'était une façon de réaliser un projet de vie et de famille qui nous convient merveilleusement bien !

En quoi la ferme des " petits pas " peut se rapprocher des idées développées par le réseau Colibris?

Mon parcours a ancré profondément en moi une certitude, celle de l'importance du collectif. Et éveillé la conscience de la nécessaire humilité dans ma démarche et de mon projet de vie, vis-à-vis de mon rapport au vivant mais aussi de mon rapport à l'autre.
La Ferme des Petits Pas est l'incarnation de ces idées. Le fil rouge en est l'autonomie, rendue possible grâce à son échelle humaine. L'exemple de Pierre Rabhi a été inspirant et j'ai essayé de créé un « agroécosystème » en phase avec son environnement naturel et humain, mais aussi un lieu non exempt de beauté et de poésie vers lequel il m'est agréable de diriger mes pas chaque matin.

Penses-tu que ton projet puisse avoir un impact sur ton environnement proche?

C'est en tout cas ce à quoi j'aspire. Comme je l'ai dit, je souhaite avant tout produire de bons aliments pour ma communauté - mes proches bien sûr mais aussi les gens que je côtoie au quotidien : mon boulanger, le directeur et les parents d'élèves de l'école de mon fils, les enfants de la crèche locale. Toutes ces personnes sont sensibles à ma démarche et font évoluer leur vision de mon métier, leur manière de cuisiner, leur façon de consommer.

C'est déjà un grand pas d'avoir obtenu ce résultat. La création d'une AMAP sur Durtal en sera un autre, et j'espère pouvoir rapidement développer des activités pédagogiques notamment à destination des scolaires.

As-tu des idées de projets à réaliser?

Les idées ne manquent pas et il reste encore beaucoup de choses à mettre en place sur la ferme. Outre la production de fruits - les jardins sont implantés en agroforesterie, c'est-à-dire en association avec des arbres - je souhaite aussi mettre en place un atelier de poules pondeuses, mais aussi faire un peu de grandes cultures (céréales, légumineuses, fourrage) afin d'être autonome en paille et en grain notamment.
Mais le plus important est le soutien à l'installation d'autres producteurs sur le territoire autour de Durtal. C'est pourquoi nous avons créé un espace-test agricole permettant à des compagnons de tester leur projet, de se tester eux-mêmes, avant de franchir le pas. Un certain Mathieu débute d'ailleurs son activité de production maraîchère cette saison sur des terres et avec du matériel mis à sa disposition.

Le mot de la fin?

Je pense que nous sommes au début d'une magnifique aventure humaine. Pierre a utilisé une expression que je reprend fréquemment en parlant de sillons qu'il nous faut tracer afin que d'autres puissent ensuite s'y glisser, et ce afin de prendre la bonne voie et ne pas se laisser submerger par la peur lorsque surviendront des changements probablement bouleversants. Ce qui est extraordinaire dans la démarche que nous avons entreprise avec ma petite famille, c'est le plaisir et la qualité de vie que nous y avons gagné, dans la convivialité et le partage avec les gens qui nous étaient proches ou qui le sont devenus.

Merci à Thierry PELOUIN pour ce reportage.

 Plus d'infos sur lafermedespetitspas.fr

La ferme des petits pas

Les petites Esnauderies 

49430 DURTAL

Commentaires

Cet article vous a donné envie de réagir ?

Laissez un commentaire !