Le MagDes idées pour construire demain

Portrait de colibri : Cécile

Cécile a rejoint l’équipe au sein du Pôle Relier, en mai 2016. Découvrez son portrait !

Propos recueillis par Clémence Ruppli

Peux-tu nous présenter ton parcours ?

Strasbourgeoise de cœur, j'ai des attaches en Ile-de-France et en Bretagne. En intégrant une école de commerce, un peu par défaut, j'espérais m'engager dans l'humanitaire en tant que logisticienne... C'est finalement l'industrie agro-alimentaire qui m'a trouvée. J'ai coordonné des projets logistiques pendant huit ans, en explorant en parallèle tout ce qui touche à l'économie sociale et solidaire. Très vite je me suis intéressée aux méthodes agiles d'organisation du travail et de partage du pouvoir. Décalée et pas vraiment épanouie dans l'univers où j'évoluais, j'ai fureté à la recherche d'organisations à fortes valeurs éthiques où mettre mon enthousiasme et ma force de travail à disposition.
J'ai découvert Pierre Rabhi en 2011 avec la vidéo TEDx "Y a t-il une vie avant la mort ?" et j'ai découvert le mouvement Colibris dans la foulée. L'ampleur et la justesse du projet m'ont emballée et ont conforté mon envie d'engager ma transition. Mon passage à l'action date de la campagne "Tous candidats", en 2012. J'ai été la coordinatrice du Groupe Local strasbourgeois deux ans durant, avant de me passionner pour le projet de monnaie locale complémentaire Le Stück (voir notre reportage ici).

Pourquoi avoir choisi de travailler au sein de Colibris ?

Lorsque j'ai terminé mon contrat auprès du projet de monnaie locale, j'ai ressenti le besoin de me recentrer. J'ai ajusté mon activité, et je pratique aujourd'hui l'accompagnement des associations vers des pratiques de coopération et de gouvernance partagée.
J'ai répondu à l'appel de l'association lorsque le besoin d'étoffer l'équipe du Pôle Relier s'est fait sentir, au service de l'émergence d'un réseau fort de groupes locaux, relais de l'association. Ces activités sont à mes yeux très cohérentes et nourrissent mon besoin de reliance et d'innovation. Je suis heureuse d'avoir intégré cette équipe généreuse, et de vivre la gouvernance partagée de l'intérieur.

Comment définirais-tu ton rôle au sein de Colibris ?

Co-responsable de l'animation et du suivi des Groupes Locaux avec Cyrille et Marie-Hélène depuis début mai, je suis la dernière arrivée !
Nous nous mettons d'une part au service de l'association pour structurer le réseau et assurer sa pérennité dans le temps, au service des groupes locaux d'autre part pour les accompagner au quotidien dans la mise en œuvre de leurs activités dans les territoires, tant sur le plan administratif qu'humain. Nous sommes également là pour leur donner de la perspective sur le mouvement Colibris en général, et susciter, par le biais d'échanges palpitants, le travail de chacun, individu et groupe local, sur l'ajustement de sa posture de colibri. Tout un programme !

Travailler chez Colibris, cela a-t-il changé quelque chose dans ta vie personnelle ?

Cela m'amène à me rendre au bureau parisien deux fois par mois pour cultiver la cohésion d'équipe, et interagir avec mes quinze collègues "dans la vraie vie". Ce mode de vie un brin plus nomade m'oblige à une meilleure organisation personnelle.
Au-delà de cet aspect très pratique, je me sens nourrie par l'expérience de gouvernance partagée dans un cadre professionnel et je savoure les personnalités diverses et chaleureuses qui composent l'équipe opérationnelle de l'association. Là aussi il y a de l'inspiration !

Commentaires

Cet article vous a donné envie de réagir ?

Laissez un commentaire !