Projets

Vous êtes ici

2017-2018 : Le Chant des colibris


Pendant deux ans, la campagne du Chant des colibris a voulu inspirer, relier et soutenir les citoyens dans leur démarche de transition. Une campagne pour montrer qu’il était possible, dans la joie et la simplicité, d’engager à son rythme des modes de vie plus sobres et plus respectueux de l’être humain et de la nature. 

Ce fut d’abord l’Appel du monde de demain, signé par 100.000 personnes qui disaient leur soutien à un projet de société plus écologique et solidaire.

Ce furent aussi huit évènements à travers la France (à Lille, Grenoble, Toulouse, Marseille, Paris, Bordeaux, Nantes, et Strasbourg) qui ont rassemblé plusieurs milliers de personnes. À chaque fois étaient organisés des ateliers, des débats, des conférences, des rencontres avec les acteurs du territoire.

Au terme de ces journées, on pouvait vibrer ensemble lors de concerts regroupant une dizaine d’artistes, entre textes et musiques, avec Cyril Dion, Alain Souchon, Bastien Lallemant, Cyril Dion, Emily Loizeau, Gael Faure, Jeanne Cherhal, Laetitia Velma, Natalia Doco, Nach, Ours, Pierre Souchon, Sparky in the Clouds, Xavi Polycarpe… 

Nous avons également réalisé des vidéos sous forme de parcours pédagogiques sur des leviers politiques pour aider les citoyens à mieux comprendre les enjeux politiques sur des grandes questions de société comme le revenu de base, la réforme de la PAC ou les principes de la démocratie participative... Vous pouvez retrouver ces vidéos sur l’Université des colibris.

L'appel du monde de demain

"Nous, signataires de cet appel, ne croyons pas que les responsables politiques seuls ont le pouvoir de transformer la société. Il n’existe pas d’homme ou de femme providentiels.
Pour que les responsables politiques et économiques engagent des changements, ils ont besoin d’être portés, accompagnés, contraints parfois, par un mouvement puissant, par des millions de personnes qui s’unissent et s’engagent dans leur quotidien.

Nous sommes face à un choix historique

Choisir le monde dans lequel nous vivrons dans les décennies qui viennent ou ne pas choisir et laisser les événements suivre leur cours.
Ce qui, au regard de l’écrasante majorité des données scientifiques que nous connaissons ressemblera à peu près à cela : disparition d’une grande part des animaux sauvages, des forêts, de milliers d’espèces sur terre et dans les mers, augmentation des sécheresses, des inondations, des tornades, des typhons, territoires submergés, millions de réfugiés lancés sur les routes à la recherche d’un endroit où vivre, de moins en moins d’eau, des émeutes de la faim, des conflits pour s’approprier les ressources naturelles, une aggravation des inégalités, des tensions sociales et géopolitiques, des violences de toutes sortes parmi lesquelles le terrorisme, une explosion de la dette, des chocs économiques à répétition, du chômage… Inutile de continuer, ni de dire où pourrait nous conduire cette litanie. Nous le savons. Ou nous devrions le savoir.

Alors qu’attendons-nous ?

Nous connaissons la plupart des solutions à nos problèmes, mais nous ne les mettons pas en place parce que les responsables politiques ne sont pas d’accord, parce que les grands industriels, les syndicats ou les administrations ne sont pas d’accord, parce que nous n’avons pas le temps, parce que c’est trop cher, parce que c’est compliqué, parce que, tout de même, nous ne sommes pas vraiment certains que tout cela est si catastrophique…
En réalité, nous attendons souvent que quelqu’un s’y mette pour nous.

Nous en avons assez d’attendre que la catastrophe arrive.

Nous avons tant de choses à faire et tellement de potentialités pour y parvenir. Nettoyer les océans, replanter les forêts, produire une nourriture saine pour tous, en régénérant les sols et la biodiversité, faire en sorte que chaque être humain soit abrité, soigné, éduqué, produire de l’énergie renouvelable en abondance sans détruire les écosystèmes, réduire drastiquement notre consommation, trouver les moyens de fabriquer les objets de demain avec les déchets d’aujourd’hui, inventer les moyens les plus simples et les plus sains de vivre sur cette petite planète sans en épuiser les ressources ou en perturber les équilibres. Nous savons faire tout cela. Peut-être pas encore aussi bien qu’il le faudrait, mais ce n’est qu’une question de temps et d’investissement. Nous réussissons ce que nous choisissons d’entreprendre, l’Histoire nous l’a montré, maintes fois. Nous avons calculé que toutes ces activités peuvent créer des centaines de millions d’emplois passionnants à travers le monde, redonner du sens à nos existences, à nos sociétés, y apporter la sécurité et la paix…
La question est de savoir ce que nous voulons vraiment.

Oui, mais comment démarrer ?

Nous sommes nombreux à être traversés par le découragement, la résignation, le cynisme parfois. Nous serions trop petits, trop faibles face aux gigantesques mécanismes à l’œuvre. Mais personne n’a traversé les océans, aboli l’esclavage, trouvé des traitements à des maladies, en se répétant que rien ne changera jamais. Aujourd’hui, nous avons besoin de nous mobiliser comme jamais aucune communauté humaine avant nous. Nous avons besoin de déployer des trésors de créativité, de solidarité, d’intelligence. De sortir de nos intérêts personnels pour embrasser l’intérêt de tous. D’une certaine façon, rien n’est plus exaltant. Il y a là de quoi satisfaire nos besoins d’héroïsme bien plus intelligemment que toutes les guerres de ces derniers millénaires.

Le chemin ne sera ni court ni facile.

Nous aurons besoin de remporter des luttes démocratiques, de traverser des ruptures, d’avoir des idées radicalement nouvelles, d’apprendre à travailler ensemble malgré nos différences…
Nous aurons besoin de tous : élus, entrepreneurs, salariés, fonctionnaires, penseurs, artistes, mères ou pères au foyer, retraités, enfants, riches, pauvres, français et étrangers…
Nous aurons besoin de projets pionniers et de lois accélérant la transition, d’investissements financiers et de changements personnels.
La bonne nouvelle est que nous sommes des millions en France, des milliards dans le monde et qu’en quelques décennies nous pourrions réorienter l’Histoire.

Aujourd’hui, nous vous appelons à rejoindre les millions de personnes qui se sont déjà mises au travail.

Nous vous appelons à vous informer, à lire, à écouter, à rencontrer, pour vous faire votre propre idée sur toutes ces questions.
Nous vous appelons à faire tout ce qui est possible dans votre quotidien, pour limiter notre impact sur la planète et les êtres humains.
Nous vous appelons à repenser votre métier : à faire ce qui vous passionne, ce pour quoi vous êtes vraiment doué et de vous servir de ce talent pour construire un monde plus juste et plus durable.
Nous vous appelons à vous regrouper, là où vous vivez, là où vous travaillez, pour porter des projets d’avenir, pour réunir ceux qui sont séparés, pour aider ceux qui sont les plus fragiles.
Nous vous appelons à vous mobiliser pour vous opposer aux lois qui exploitent la nature ou les êtres humains, pour porter de nouvelles idées jusque dans les sphères politiques.
Nous vous appelons à soutenir ceux qui portent déjà ces idées dans le champ politique, économique ou associatif.
Nous appelons les candidats partageant ces idées à se rassembler et à porter ensemble un projet pour transformer la France et l’Europe.
Nous vous appelons à rêver qu’un autre monde est possible.
Et à vous unir pour concrétiser ce rêve.
Cet appel n’est pas le chant du cygne, c’est le chant du monde qui renaît, c’est le chant des colibris.


Parmi les premiers signataires : Cyril Dion (auteur, réalisateur, cofondateur du mouvement Colibris), Pierre Rabhi (écrivain, agroécologiste, fondateur du mouvement Colibris), Nicolas Hulot (président de la Fondation Nicolas Hulot), Thierry Kuhn (président d’Emmaüs), Jean-François Julliard (Directeur Général de Greenpeace France), Cyril Lage (fondateur de Parlement et Citoyens), Maxime de Rostolan (directeur de Fermes d’Avenir), Martin Rieussec (Les Jours Heureux), Thierry Salomon (président de NégaWatt), Patrick Viveret (philosophe), Matthieu Chedid (chanteur, auteur-compositeur), Marion Cotillard (actrice), Gaël Faure (chanteur), Arthur H (chanteur, auteur-compositeur), Nancy Huston (écrivain), Mélanie Laurent (actrice, réalisatrice), Emily Loizeau (chanteuse, auteur-compositrice), Pierre Niney (acteur), Jérôme Pitorin (animateur et réalisateur), Marie-Monique Robin (auteur et réalisatrice), Olivier de Schütter (ancien rapporteur de l’ONU pour le droit à l’alimentation), Joël Labbé (sénateur), Eric Piolle (maire de Grenoble), Françoise Nyssen (présidente d’Actes Sud), Emmanuel Druon (président de Pocheco), Eric de Kermel (directeur de Bayard Nature et Territoires), Emmanuel Soulias (Enercoop), François Lemarchand (fondateur de Nature et Découvertes), Christophe André (auteur et psychiatre).