bandeau campagne 2022 : RÉagissons
Recevoir des infos
Le MagDes idées pour construire demain
Mode d'emploi

#ConfinementVôtre

Au Ciel des plages sans fin · Jour 20

À l'heure où la France plonge dans le confinement, à l'unisson de nombreux autres pays dans le monde, peut-être est-il venu le moment de prendre le temps.

Prendre le temps de faire une seule chose à la fois, et de la faire longtemps. Prendre le temps de dormir, de lire, d'écouter de la musique, de jouer de la musique, de jouer tout court, de peindre, d'écrire, de se raconter des histoires, de s'observer, d'observer le ciel, de réfléchir, de prier. Prendre le temps de cheminer intérieurement en somme - dans l'imaginaire, l'émerveillement, le savoir, la foi... Prendre le temps de se lier, par l'esprit, le cœur et le corps, à ce monde bouleversé. Et à ceux qui veilleront dans la nuit au cours des difficiles semaines qui arrivent.

"Jeune fille aux cheveux noirs", Egon Schiele, 1910

Egon Schiele est un peintre, un poète et un dessinateur autrichien mort à 28 ans à Vienne en 1918. Malgré sa courte vie, le peintre a laissé environ trois cents peintures et 3 000 dessins, aquarelles ou gouaches.

Le dessin est très net, avec un trait marqué, énergique et sûr, parfois même violent. Il ne fait pas disparaître le squelette sous la chair, il le dessine dans la logique de ses mouvements et postures. Ses portraits et ses nus sont saisis dans des poses insolites, voire caricaturales, Egon Schiele ayant étudié les attitudes de certains déments dans un asile psychiatrique, ainsi que les positions des marionnettes manipulées, ce qui donne cet aspect « désarticulé » propre à certaines de ses figures.

Schiele réalise "Jeune fille aux cheveux noirs" à 20 ans, alors qu'il travaille pour l'atelier d'art de Josef Hoffmann à Vienne.

Commentaires

Cet article vous a donné envie de réagir ?

Laissez un commentaire !

Est-ce bien le lieu pour publier une telle peinture? Abonder dans la surenchère d'images violentes, en particulier hors contexte, n'est-ce pas servir leur cause?

Merci pour ce splendide tableau ! N'en déplaise aux esprits étriqués