Le MagDes idées pour construire demain

La Ferme des Enfants : une pédagogie de l’autonomie et de la bienveillance

C’est en 1999 que Sophie Rabhi, alors jeune maman, a créé une école à la ferme pour permettre à des enfants d’évoluer au sein d’une structure plus respectueuse de leurs besoins. Cela se traduit par la pratique d’une pédagogie de la bienveillance en plein centre d’un magnifique espace naturel devenu un projet écologique, solidaire et intergénérationnel : le Hameau des Buis. Une école, puis un collège se développent depuis des années, en cherchant à ouvrir une nouvelle approche de l’éducation, respectueuse et plus proche de l’enfant, comme de la nature.

 

La place centrale de la nature dans l’éducation

C’est en reprenant la ferme familiale que Sophie Rabhi eut l’idée d’ouvrir une école dans le but de faire bénéficier des enfants de maternelle, de primaire (et récemment de collège) de cet environnement naturel exceptionnel. Car d’après elle, sans ce contact avec l’environnement naturel, l’enfant est "privé de son enracinement dans la vie" et se retrouve donc "hors sol et déconnecté" menant à des troubles insoupçonnés et à une destruction ignorante de notre environnement. L’une des missions centrales de la Ferme des Enfants est donc de renouer ce contact avec la faune et la flore pour comprendre le lien intime et la dépendance absolue que l’on a vis-à-vis notre environnement. Pour cela, les enfants sont en contact avec les animaux de la ferme et tous les après-midi, ils sont invités à choisir un atelier : théâtre, jardinage, cuisine, couture, tissage, sciences, ateliers nature, arts décoratifs, terre et peinture, apiculture, géologie, compostage, travail du bois, etc. C’est donc avec sa personnalité, ses envies et son rythme que l’enfant se retrouve enfin maître de son épanouissement personnel.

La pédagogie de la bienveillance

La pédagogie propre à la Ferme des Enfants s’est développée au fil des années selon les succès et les échecs. La base étant, comme le disait Maria Montessori, que l’enfant possédait en germination à l’intérieur de lui toutes les compétences à acquérir, et qu’il suffisait simplement de les stimuler pour qu’elles s’épanouissent. Le but essentiel de  l’école étant de préserver ce qu’il y a de plus précieux en chaque personne humaine : son être profond, sa sensibilité et son accomplissement intime. C’est à l’école de s’adapter à l’enfant dans le but de le préserver et pour cela une relation de confiance, la certitude et la conviction que chaque être est naturellement bon et bien intentionné est fondatrice. Cette relation de confiance va dans les deux sens, surtout pour l’enseignant qui doit prendre ses élèves au sérieux, répondre à leurs besoins, leur parler avec calme et sincérité et reconnaître ses propres erreurs, tels sont les ingrédients d’une relation de confiance. Cette relation est à la base de la pédagogie de la bienveillance qui est pratiquée à la Ferme des Enfants. C’est bien cela qui rend cet école un lieu profondément respectueux de l’enfant tout en lui donnant les outils nécessaires pour qu’il devienne un adulte critique, responsable, heureux et libre.

Entretien avec Sophie Rabhi, à l'Université des Colibris, juillet 2012

Entretien Colibris avec Sophie Rabhi Bouquet 


from Mouvement Colibris on Vimeo.

En savoir plus

www.la-ferme-des-enfants.com

Commentaires

Cet article vous a donné envie de réagir ?

Laissez un commentaire !