Le MagDes idées pour construire demain

La Fabrique des colibris présente... #1

Les Jardins de Mater Deï


Dans l'Aude, les fondateurs de l’oasis de vie “Les Jardins de Mater Deï” expérimentent la vie en collectif, la sobriété heureuse, les rires et la créativité. Aujourd’hui, Isabelle, Dominique et Daniel cherchent de nouveaux associés-résidents. Amateurs de grelinette, découvrez-les !


Les Colibris, un site de rencontres ?

Après avoir suivi le premier MOOC “Concevoir une oasis”, le couple Isabelle et Dominique ont monté un projet d’oasis : Les Jardins de Mater Deï. Ils ont déposé leur initiative sur La Fabrique des colibris, et c’est en répondant à cette annonce que Thierry a pu se joindre à eux... Peu après la constitution du trio, Isabelle a découvert sur Le Bon Coin le domaine de Mater Deï situé dans le Razès, une petite région au Sud de Carcassonne. 

Dès la première visite, il leur est apparu comme une évidence qu'ils devaient s'installer sur le lieu. Isabelle y a tout de suite vu ses chevaux, ses chiens et tous ses autres animaux s’épanouir. Dominique a fait la visite fourche à la main, estomaqué de découvrir l’extraordinaire fécondité de ces terres de l’Aude. “J’ai eu un coup de foudre pour les lombrics” se rappelle-t-il avec excitation. Et enfin, Thierry a immédiatement été séduit par les grands espaces de ces terres vallonnées couvertes de genêts jaunes. Le lieu a scellé leur belle rencontre et en un mois le projet s’est concrétisé. 

Les formidables habitants des Jardins de Mater Deï

L’équipe actuelle des Jardins de Mater Deï rassemble des expériences et personnalités aussi différentes que complémentaires.

Thierry est un jeune retraité du monde de la communication et de la publicité. Passionné de bricolage, il est à la fois la petite main du projet et son grand chef cuisinier. Tous les jours, le trio déjeune ensemble et se régale des légumes et fleurs qui commencent à pousser. 

Après une quinzaine d’années entre l’Asie, l’Océan Indien et l’Amazonie, Dominique, technicien agricole et géographe, a rejoint le mouvement des néo-ruraux des années 1980 dans la Vallée de l’Aude. Ce passionné a depuis participé à de nombreuses coopératives de production et de transformation, se spécialisant dans les fruits, les plantes aromatiques et médicinales.

Isabelle a eu plusieurs métiers - mais toujours la même passion pour les animaux. Végétarienne depuis 40 ans, c’est un mode d'alimentation qu'ont depuis adopté ses partenaires. Ce qui leur a d'ailleurs fait perdre quelques kilos... Grâce à elle, les Jardins de Mater Deï prônent un grand respect du vivant, qu’il soit végétal ou animal. 

Les Jardins de Mater Deï comptent aussi trois chevaux, deux ânesses, cinq petites vaches écossaises - “de supers débroussailleuses” rigole Dominique - deux chiens, le coq Jacquouille, sept poules et quelques chats qui gardent graines et maisons à l'abri des souris et des petites bêtes. Les animaux de Mater Deï travaillent et accompagnent le projet, mais ne sont pas au menu ! 

L’équation prometteuse : 22 hectares x 1 chantier participatif = 436 plantes

Le trio s’est investi dans la remise en état des forêts nourricières grâce à l'aide de nombreuses personnes venues prêtées mains fortes lors d'un chantier participatif. Cet été, Les Jardins de Mater Deï ressemblent donc à une véritable oasis, un écrin de verdure de 22 hectares au milieu d’un territoire vierge, désert et sec. 

Thierry, Dominique et Isabelle ont aussi donné forme, dans une belle prairie, au "jardin des cinq sens". Créé à partir de rien, il s’agit d’un jardin mandala aussi beau qu’utile, qui participera à terme à 70% de l’alimentation des habitants du domaine. On y compte déjà 436 plantes. 

La plus grande erreur à ce jour ?

Dans cette zone habituellement sèche, l’hiver exceptionnellement pluvieux a permis de ne pas arroser les plantations, de remplir le puits pour les mois à venir et même de redonner vie au ruisseau, asséché depuis des années. Mais ne pas préparer l’hiver en plantant des haies a surement été la plus grosse erreur du projet à ce jour : les trois associés ont passé des mois les pieds dans la boue et, face au vent, Dominique a même failli s’envoler !

Et, la plus belle surprise du projet ?

Les rencontres du voisinage ont été de magnifiques surprises, une belle relation de partage s’est mise en place, avec sourires, sans jugement, non-dit, ni jalousie. Dans le coin, chacun se soutient. Un groupe d’acteurs locaux alternatifs bienveillants et courageux anime la région et un magasin de producteurs est en train de voir le jour. Celui-ci rassemblera boulangers, maraîchers... et proposera de l'aromathérapie et des soirées jeux. “On n’est pas là uniquement pour faire de la grelinette” plaisante Dominique, “le réseau d’amis permet de s’entraider, d’échanger les outils et les solutions”. 

Un trio joyeux, des animaux heureux, une prairie en fleurs… Qu’est-ce qu’il manque ?

Aujourd’hui les Jardins de Mater Deï cherchent de nouveaux résidents et associés. Inspirés par la philosophie de Pierre Rabhi, ils ont choisi de passer par la Fabrique des colibris pour rencontrer des personnes qui, elles aussi, souhaitent faire leur part. Les Jardins de Mater Deï pourraient accueillir jusqu’à huit ou dix associés résidents. Les nouveaux, idéalement des couples, pourront construire sur une partie du terrain ou réhabiliter certains espaces existants. 

Les aspects agricole et horticole sont importants : intégrer les Jardins de Mater Deï, c’est avant tout mettre la main à la terre avec vaillance pour donner vie à ce beau projet de sobriété heureuse. L’amour de la grelinette est essentiel dans cette présence quotidienne à cette terre exigeante, dévoreuse de temps et d’énergie !

Mais cette terre fertile est aussi propice à tous les projets. Comme celui de Dominique et Thierry, de faire pousser des papayers sur le domaine !

>>> En savoir plus sur les Jardins de Mater Deï 


La Fabrique des colibris

Sur la Fabrique, vous pouvez participer à la réussite des projets des colibris grâce à vos coups de pouce financiers, bénévoles, vos regards d’experts ou vos prêts de matériel !
Parce qu'ensemble, on va plus loin.

www.colibris-lafabrique.org 


* Sango, une agence de communication 100 % éthique

Commentaires

Je suis loin de vous en kilomètres mais proche dans vos projets et réalisation. Bonne continuation et bises à tous les trois.

Rassemblés sur un projet pendant un temps en automne 2016 grâce à la fabrique, nous nous sommes projetés sur une ferme. Heureux de vous voir, et à vous lire, de vous entendre...! Nous avons nous aussi trouvé chaussure à notre pied, mû par la même motivation pour nous installer, dans le Tarn, vers Carmaux ! Nina va installer de la vigne de table, si vous avez des bons plans à nous confier... Bonne continuation et à bientôt j'espère !

Ajouter un commentaire