Le MagDes idées pour construire demain

Film : "Wine Calling"



Alors voilà, il faut juste courir voir "Wine Calling". Un documentaire fabuleux de Bruno Sauvard sur le vin nature et le rock'n'roll. 



Depuis une dizaine d’années, le monde du vin est en pleine effervescence, bousculé par une contre-culture comme le rock a pu l’être par le punk en son temps. Un peu partout en France et plus particulièrement en Occitanie, de joyeux rebelles ont investi nos terroirs pour inventer le vin qu’ils aiment : naturel et sans artifice. Bien plus qu’un vin bio, c’est un vin d’émotion et de réaction, un vin qu’aucun label ne régit, un vin libre. Wine Calling part à la rencontre de ces nouveaux vignerons qui réinventent notre rapport au vivant. Ces hommes et ces femmes préfigurent une agriculture paysanne en mouvement. Solidaire, éthique, festive, une nouvelle utopie émergent de nos coteaux...

Parmi les domaines que l'on découvre dans le film, celui de Loïc Roure, le Domaine du Possible (Lansac). Stéphanois d’origine et sommelier de formation, Loïc découvre le vin nature dans son propre bistrot. Il plaque tout pour s’installer dans les Pyrénées Orientales où il fonde avec quelques amis vignerons le « Jajakistan », territoire viticole libre et autonome, lieu de toutes les expérimentations vinifères. Travailleur infatigable, toujours un projet en cours, Loïc ne s’arrête jamais. Et aux dernières vendanges, il a accueilli chez lui six jeunes réfugiés éthiopiens.

« Le vin c’est magique… Regarde, t’as des raisins et quelques mois plus tard, tu peux te prendre une cuite. » Stéphane Morin – Domaine Léonine (Saint-André des Albères)

Il n'y a pas que des vignerons dans la bande... Il y a aussi des vigneronnes ! Laurence dite Yoyo est la seule vraie catalane du groupe. Cadre dirigeante dans une grande entreprise, elle a tout quitté tout il y a 12 ans pour revenir sur ses terres d’origine et rompre avec la tradition familiale qui voulait que seuls les hommes fassent du vin. Cette frondeuse n’a pas peur des défis : installée à Banyuls, sur les coteaux les plus pentus et les plus hauts du terroir, elle y élève un vin d’une pureté et d’une délicatesse qui tranchent radicalement avec la puissance et la haute teneur en alcool des productions locales. L’un de ses vins s’appelle « La Tranchée »… « Ceux qui pensent que les vins natures sont des vins de feignants, ils sont complètement fous ! Au contraire, il faut bosser dix fois plus ! » explique-t-elle. 

« La première fois, quand tu es dans les vignes, tu lèves le nez et là, tu te rends compte que c’est grand et que ça ne sera pas simple… » Jean-Sébastien Gioan – Domaine Potron Minet (Trouillas)

Bruno Sauvard, réalisateur du documentaire, souhaite avec "Wine Calling" donner envie aux spectateurs de faire ce qui leur plaît. "J’ai deux filles, 16 ans et 21 ans. Je perçois la difficulté actuelle qu’ont les nouvelles générations à envisager l’avenir car les perspectives sont finalement limitées. Le film s’adresse également à elles. J’aimerais qu’elles s’en inspirent en se disant : « quoi que nous fassions, choisissons quelque chose qui nous fera vibrer ». Il me semble que c’est rassurant de voir des gens heureux, avec autant de richesse humaine et d’envie. Posons ces jalons-là. Plus qu’un film politique, c’est une pédagogie politique. Je souhaitais qu’il fasse du bien sans pour autant édulcorer certains messages : rassurer les gens mais dire des vérités que nous n’entendons plus. C’est le cas notamment quand Stéphane Morin fait référence aux anciennes communautés des travailleurs : « ton voisin, il tombe par terre, tu le ramasses »."

Le vin nature ?

"Le vin nature est l’émanation d’une contre-culture dans l’agriculture, qui s’impose dans le paysage, y compris médiatique, sans autre violence qu’un ou deux cadavres de bouteille. Mais selon nous, les défenseurs, leurs prescripteurs, ces vins figurent (surtout) un modèle, à reproduire partout : dans l’agriculture en général, bien sûr, mais aussi dans tout acte de production. Parce que le vin naturel est la manifestation la plus achevée d’une utopie, sa réalisation concrète ; une chaîne éthique, qui va de la terre et de la plante travaillées avec soin (sans engrais, ni pesticides de synthèse et en faisant l’impasse sur 99% des additifs) jusqu’au consommateur comblé et informé, transparence oblige, en passant par une commercialisation artisanale et équitable (notamment via les cavistes alternatifs, ces passeurs passionnés). En marge de l’industrie du vin et de ses millions de litres insincères, le vin naturel nous offre en fait un modèle de société inédit, joyeux et transparent : vin délicieux et vin exemplaire."

Manifeste pour le vin naturel, Antonin Iommi Amunategui (2015)

Commentaires

Ajouter un commentaire