Le MagDes idées pour construire demain

Chronique d'une oasis : la Ferme de Chenèvre #1

La Furieuse et la Loue


Partagée entre une vie parisienne d’édition et un appel à vivre au grand air de plus en plus pressant, Anne Lechêne a réorienté sa vie depuis 2012 sur un chemin de randonnées, d’oasis, d’expériences collaboratives et de belles rencontres dans le Jura. Avec Fred, José, Guilhem, Manon, Martin, Maryline, Pauline, Virginie et Yorgos, Anne est co-fondatrice de la Ferme de Chenèvre.



La ferme de Chenèvre est une oasis de vie créée en 2016 dans le Jura. La raison d'être du lieu ? Redonner vie à une ancienne ferme traditionnelle sous la forme d’un éco-lieu convivial, ouvert à l’expérimentation et associant activités diverses et habitat. Cette chronique vous invite à vous plonger dans des instantanés de la vie de cette oasis comme dans les moments forts du projet...

Le bâtiment principal de la Ferme de Chenèvre © Guilhem Herinx

La Chapelle-sur-Furieuse, lieu-dit Chenèvre. Premier automne dans la vallée franc-comtoise oùla Furieuse se jette dans la Loue. La forêt qui nous entoure, étagée sur le coteau, joue le grand jeu du flamboiement de couleurs.

Depuis notre entrée dans les lieux le 16 février 2017, nous avons découvert les espaces naturels de la ferme, ses floraisons de pruniers puis de lilas, ses anciens rûchers et vergers, ses arbres remarquables, ses points de vue sur la vallée et sur le mont Poupet, haut-lieu du vol libre dans le Jura. Un printemps et un été, et maintenant ce somptueux automne pour apprivoiser et se faire apprivoiser par Chenèvre, avant d’aborder ensemble la rudesse des mois d’hiver.

Cinq d’entre nous vivent déjàsur place, quatre dans le village ou la ville proche d’Arbois. Quant à moi, je rejoins le groupe chaque mois pour quelques jours depuis la région parisienne.

Chenèvre. La ferme comtoise chargée de huit cents ans d’histoire s’était endormie dans les années soixante, au milieu de 25ha de forêts et de terres. Il nous a fallu six mois – débroussailler les accès, sécuriser les toitures, les cheminées – pour préparer la première journée portes ouvertes en août. Nous avons ainsi commence àfaire connaissance avec cette vieille dame au corps massif, dont les deux bras enserrent une cour commune, dessinée pour être bien, nombreux, ensemble.

La journée portes ouvertes  © Guilhem Herinx

Ce 26 août, plus de 300 personnes ont remonté le chemin dans la journée. Pour revoir un lieu de leur enfance ou découvrir notre projet de renaissance pour Chenèvre. La belle cour de la ferme a accueilli le bal des enfants, les concerts des amis musiciens – chanson française, jazz, rock – un mur d’expression pour nos visiteurs, les comptoirs jus de pommes, tartines garnies, soupe à l’oignon et clafoutis, 100% local et bio, réalisés avec nos premières productions ou celles de nos proches voisins. Et jusqu’à la fin de la nuit, mille et une conversations autour de notre projet et du foisonnement d’initiatives du Jura et de Besançon.

Au lendemain de la fête, je réalise avoir parlé gouvernance partagée avec plus de cent personnes lors des visites guidées. Nous avons recueilli des dizaines de propositions de coups de main et de demandes pour rester informé, acheter du pain ou des légumes, en savoir plus sur les ateliers de céramique... et une brassée d’idées pour de futures activités associatives sur place, recueillies en atelier d’intelligence collective. Nous avons été nourris et nous sentons bien entourés pour la suite !

Avec le recul, en écrivant cette chronique, il m’apparaît que les deux dates de février et d’août ont été àparts égales des moments fondateurs pour notre oasis. L’acquisition du lieu en février a marquéun engagement fort sur une intention commune, de la part du « nous » des dix membres du projet. La journée portes ouvertes d’août, éblouissante, a signéune reliance, l’amorce d’un « nous » plus large sur le territoire. Large, puissant, comme les eaux de la Loue qui reçoivent le cours bouillonnant de la Furieuse... 

Commentaires

Cet article vous a donné envie de réagir ?

Laissez un commentaire !

nous sommes en train de réunir les personnes qui souhaiteraient participer à une association, et aussi de poser les premières grandes options pour l'aménagement des espaces... la chronique permettra de partager des moments forts du projet et de suivre son avancement !

votre démarche m'intéresse, quele est le but de l'association que vous êtes entrain de monter, qu'attendez vous d'une adhérente ?

...pour ce petit montage sympa!