bandeau campagne 2022 : RÉagissons
Recevoir des infos
Le MagDes idées pour construire demain
Mode d'emploi

Une Colibri confinée aux États-Unis

Depuis le début de la crise sanitaire, certains bénévoles de l'association Colibris se sont retrouvés dans des situations bien particulières. Nous avons tenu à rendre visibles ces personnes, à leur ouvrir un espace pour partager leur expérience au quotidien, leurs témoignages et leurs points de vue sur cette période particulière, que ce soit de leur vision personnelle, professionnelle ou bénévole.
Andréa, fervente écologiste depuis toujours, dotée de la double nationalité autrichienne et américaine, partage sa vie entre son pays natal, les États-Unis, la France et l’Allemagne. Elle se trouvait au Texas, dans une banlieue de Dallas, lorsque la crise du Covid a gagné l’Europe et les États-Unis...


Andréa travaille en tant que traductrice et dans plusieurs associations locales à Dallas, Texas (États-Unis) : comme responsable de durabilité et du zéro déchet pour un festival multiculturel local et lutte contre les violences domestiques.

Andréa est restée bloquée là-bas pendant plus de trois mois au cours du confinement. Elle vit la crise du coronavirus avec beaucoup de frustration. Manque de masques et de protections pour les soignants et les travailleurs de front, carence de tests et du suivi des contacts… 

Dès le départ, la crise sanitaire s’est faite sentir économiquement et socialement dans ma ville, explique Andréa. Par exemple, la fermeture des écoles à partir de mi-mars a privé bon nombre d’enfants de manger à leur faim ; une banque alimentaire scolaire s’est mise en place pour palier au problème. On observe des files d’attente de plus de 5km auprès des banques alimentaires.

Andréa reste au maximum chez elle surtout par souci pour les personnes âgées dans sa famille, fait juste les courses indispensables pour vivre et se promène en prenant toutes les précautions possibles. Ses activités professionnelles se font en télétravail. Elle retrouve sa famille et ses amis sur Skype et quelques amis voisins de jardin à jardin. 

Au tout début de la pandémie ici, fin mars, nous avons eu un confinement pour les activités commerciales et de service non-essentielles, puis début mai, sous l’impulsion de politiques au service de la sauvegarde de l’économie, le gouverneur a décrété le déconfinement général, alors que le nombre de malades augmentait. Pourtant, cette décision était à l’encontre des recommandations du Centre national de prévention et de lutte contre les maladies (CDC).

Au début de l'été 2020, les États-Unis constatent une accélération inquiétante du nombre de cas, qui touche aussi un grand nombre de jeunes de 20 à 30 ans qui se sentent désormais invulnérables. “En théorie, il y a des précautions à prendre telles que le port du masque, la distanciation de deux mètres, mais en réalité, ici, chacun fait ce qu’il veut… Notamment pour le port du masque.” Porter un masque est également jugé par la population masculine comme un geste de faiblesse, qui va à l’encontre d’une virilité très affirmée dans ce pays. “Ce sujet divise là encore la population, sans parler du mouvement “Black Lives Matter” et les discriminations envers les minorités les plus vulnérables et les plus touchés par la crise sanitaire et économique.

Andréa déplore en outre une augmentation faramineuse du nombre de déchets. "On trouve des masques (que du jetable ici) et des gants jetés au sol un peu partout. Et comme les gens commandent davantage en ligne, cartons et emballages plastiques pullulent, dans les poubelles comme dans les caniveaux. Les camions de livraisons circulent partout..." conclue Andréa.

Au final Andréa dit essayer de “faire sa part” ici aussi, tout en vivant dans sa bulle à l’écart d'un contexte qui la désole. “Il me faut pas mal d’audace pour encore espérer qu’un jour, ce pays apprendra à vivre en harmonie avec la nature et avec les autres…

Et de conclure néanmoins sur une note d’optimisme : “Un point positif de ce confinement : le silence et le ralentissement du rythme, annonciateur d’une "slow life" ("vie ralentie") salutaire. Aussi tout au long de cette période, notre groupe local Colibris  a continué ses réunions en visioconférence. Un grand bonus a été la rencontre nationale des Colibris à distance à laquelle je n’aurais pas pu participer si elle avait eu lieu physiquement. Personnellement, ces connexions bienveillantes, chaleureuses et enrichissantes m’ont beaucoup aidée dans mon confinement à l’étranger. Finalement, j’arrive parfois à passer des messages “Colibris”, souvent grâce à ce que j’ai appris dans les ateliers de communication bienveillante, car ici la polarisation idéologique ne permet pas toujours des entretiens paisibles entre les gens..."


Pour aller plus loin


Commentaires

Cet article vous a donné envie de réagir ?

Laissez un commentaire !