Le MagDes idées pour construire demain

La Fabrique des colibris présente... #4

Une retraite active à l'Oasis de Certes


L’Oasis de Certes rassemble cinq sexagénaires : Isabelle et Philippe, André, Danielle et Richard, et Stefanie, qui s’est installée comme jeune agricultrice. A l’origine du projet : leur envie de ne pas vieillir isolés, de vivre ensemble dans le bien-être et la solidarité. Il y ont ajouté une bonne dose de convivialité, de la créativité, beaucoup de travail et de bienveillance. Et cela donne progressivement forme à un lieu exceptionnel...


Oasis de sexagénaires

Le projet est né lorsque Isabelle et son mari Philippe ont pris leur retraite en Ariège, où leur quête d’éco-habitat leur a fait rencontrer Stefanie et André. Ensemble, ils ont été séduits par le concept d’oasis. Pour eux, construire une oasis était à long terme le moyen de partager l’espoir et de semer des graines de paix et d’évolution profonde en eux et autour d’eux, tout en vivant une retraite active et conviviale. En 2018, Danièle et Richard, amis de longue date d’Isabelle et Philippe les ont rejoints ; et le rêve d’oasis est devenu réalité. Ce qui lie les six habitants : la volonté de bien vivre et de bien vieillir ensemble.

Le montage de l’Oasis

Les couples Stefanie et André et Philippe et Isabelle ont constitué un groupement foncier agricole (GFA) pour faire l’acquisition des dix hectares de terres qui composent l’oasis de Certes. Montant total de l’achat : 550 000€. Le GFA est ensuite devenu société civile d’exploitation agricole (SCEA), statut permis par l’activité de jeune agricultrice et le projet Cheval Séniors de Stefanie, qui allie nature, équitation et bien vieillir. Danièle et Richard sont devenus locataires.

A l’achat, le domaine comprenait déjà trois gîtes, une salle de réception, une maison, un hangar, une piscine, un terrain de tennis et des infrastructures de loisirs. Restait à bâtir des logements pour que chaque couple puisse s’installer confortablement.

Du chantier participatif aux évènements

Depuis janvier 2018, Adrien, un jeune charpentier, coordonne le chantier participatif en tant que maître d’oeuvre. Objectif : achever les travaux en 20 mois. Une cinquantaine de personnes ont déjà participé au grand chantier. Il se poursuit aujourd'hui pour bâtir les éco-habitats de l’oasis : deux appartements pour Isabelle et Philippe, Danièle et Richard, complétant les trois gîtes du lieu et la maison où vivent Stefanie et André. La grande salle permettra d’héberger stages, séminaires et activités culturelles.

Le rêve : organiser des concerts , des cafés-philo, des “rencontres en humanité”, mêlant arts et ateliers d’expression. Encore à l’état de rêve, ces rencontres croiseraient la poésie, la musique et d’autres arts. Ainsi les participants feraient leur part de colibris, en partageant de petites gouttes de paix, pour les jeunes comme pour les seniors. 

La grande surprise

Les sexagénaires prévoyaient de longs mois de chantier un peu solitaires. Ils s’attendaient à ce que la dimension de partage et d’accueil du projet ne débute qu'une fois les travaux terminés. Surprise ! Grâce au chantier participatif, des personnes d’horizons très différents sont venues à l’oasis avant même son ouverture, pour prêter mains fortes. Plusieurs d’entre elles sont arrivées via l’annonce déposée sur la Fabrique des Colibris. Parfois, des personnes à des points critiques de leur vie, en transition, se reconstruisant au fil du chantier. 

Solidarité et gratitude sont maîtres à l’oasis de Certes. Au-delà des défis matériels, les chantiers permettent de belles rencontres, des moments magnifiques et beaucoup d’inspiration : repas partagés, concerts improvisés.... 

La Fabrique des colibris

Sur la Fabrique, vous pouvez participer à la réussite des projets des colibris grâce à vos coups de pouce financiers, bénévoles, vos regards d’experts ou vos prêts de matériel !
Parce qu'ensemble, on va plus loin.

www.colibris-lafabrique.org

Le rituel matinal : ça change un chantier

L’objectif de l’oasis de Certes : mutualiser les efforts et partager les fruits plutôt que “faire dans son coin”. Transporter des brouettes de terre pour le grand jardin en permaculture ou des charrettes de matériaux pour la construction : ça maintient en forme ! 

C’est aussi et surtout un partage collectif exceptionnel. Les matins au gré de l’envie, un cercle de parole permet de se recentrer et d’exprimer sa météo du jour. Chacun l’anime à son tour avec sa touche personnelle.

Ces espaces de partage s’inspirent de la gouvernance partagée, que les co-fondateurs de l’oasis ont découvert grâce au  MOOC oasis, et de la gouvernance organique, qui permet de favoriser l’atteinte d’un consensus universel. Sur le chantier, les habitants appliquent ces approches sans les systématiser. “Il n’y a pas de truc et d’astuce imparable, il s’agit à tout moment de se reconnecter à l’essentiel, de se laisser le temps de revenir à ce qui est réellement important et nous lie : le souffle, l’amour, la vie. Quand on se connecte à l’essentiel et à l’amour, la magie opère et les réponses communes émergent, sans frustration. Chacun est gagnant.” explique Isabelle, habitante de Certes. 

La grande leçon de l’Oasis de Certes

Il n’y a aucune recette miracle. Certes, des formations diverses ont bien aidé l’équipe de l’oasis de Certes. Mais, c’est à chaque collectif de construire son équilibre, et pour cela, un travail intérieur doit se mettre en mouvement chez chaque participant.

Sur le chantier, les vrais enjeux ne sont pas tant techniques qu’humains. Chaque jour suppose des choix, et chaque choix réveille des peurs, des réticences. Pour avancer, chacun doit choisir de grandir. Le chantier devient alors prétexte pour le véritable enjeu : le chantier intérieur, qui permet à chacun de se libérer de ses peurs, de ses vieux réflexes, afin de grandir. “L'ego se met en travers tout le temps, à chaque prise de décision. La paix n’est jamais acquise, c’est un choix de chaque seconde. Choisir de voir le positif chez l’autre. On se construit, un morceau de bois après l’autre.” témoigne Isabelle.

Construire une oasis est un engagement en tant qu’être humain pour grandir et s’ouvrir. Les cercles de parole permettent entre autre de faire régner une harmonie où chacun est là où il doit être : un outil pour l’évolution intérieure, comme le dit Pierre Rabhi. “Le point essentiel est l’acceptation profonde des différences de l’autre, des autres ; et d’une remise en question très fréquente. Ce n’est pas toujours confortable, mais si on sait l’accueillir avec confiance, c’est toujours bénéfique pour soi et pour le groupe.” explique Isabelle. “Et rassurez-vous, à l’Oasis de Certes, nous sommes humblement en chemin quant à ce beau programme, parfois on y arrive et parfois non ! Mais si nous sommes sincères, bien ancrés dans notre coeur, il y a toujours un moment où tout s’ouvre, se résout. C’est l’instant de magie et nous ressentons beaucoup de gratitude. Alors bienvenue à chacun sur ce beau chemin de vie et d’humanité !” 


Découvrir l'oasis de Certes sur la Fabrique des Colibris




*Sango, l’agence de communication 100 % éthique 


Commentaires

Cet article vous a donné envie de réagir ?

Laissez un commentaire !

bonjour,je trouve vos réalisations trés belles ,ce genre de choses m'ont toujours intéréssées,mais les accidents de la vie m'ont empéchés de les réaliser! je ne déséspère pas de pouvoir participer..si j'en ai l'occasion;mais je ne peux qu'^tre locataire,et participer avec mes capacités diverses; bonne continuation à vous§

Ajouter un commentaire