bandeau campagne 2022 : RÉagissons
Recevoir des infos
Le MagDes idées pour construire demain
Mode d'emploi

35 podcasts pour entendre les oasis de l’intérieur

50 ans de construction et de vie collective


Vivre en oasis ne signifie pas systématiquement vivre isolé et à la bougie ! Chaque écolieu ressemble au collectif qui lui donne vie. En partenariat avec Kaizen Magazine, Colibris et la Coopérative Oasis, Alexandre Sattler donne la parole aux habitants de ces lieux hors du commun. Ils nous racontent la diversité des expériences, de leurs réussites et de leurs difficultés….

Recevez chaque semaine un épisode par mail !


Niché au flanc d’une falaise des Gorges de l’Ardèche, à proximité de Balazuc, le hameau du Viel Audon est déserté par sa population au début du XIXe siècle et disparaît peu à peu sous la végétation galopante. À partir de 1970, de jeunes utopistes le découvrent et décident de le réhabiliter grâce à des chantiers internationaux de jeunes. Ils donnent jour à un véritable village coopératif et écologique où l’on accueille et où l’on vit “autrement” depuis 50 ans.



©Alex Sattler

« Se construire en construisant »

L’une des premières activités du lieu a été d’accueillir des jeunes en difficulté afin qu’ils participent aux différents chantiers. Pendant 10 ans, le lieu se reconstruit, la production agricole s’améliore et les chantiers pour les jeunes se diversifient. Cela entraîne la création de différentes structures : l’Association des Jeunes de Chantier (AJC) porte l’idée de  « se construire en construisant », et organise les chantiers de jeunes à dimension internationale en période estivale. Chaque année, ce sont 200 à 250 jeunes qui se retrouvent sur le site pour vivre et faire ensemble ; plus de 10 000 jeunes ont apporté leur pierre à l’édifice en 50 ans.

©Patrick Lazic

L’association le Bateleur porte la dynamique « Les Bocaux Locaux » dont les bénévoles ont remis en culture les terrasses environnantes, développent la production en circuits-courts et proposent des animations sur l’agriculture biologique.

Élevage, agriculture et animations

Les salariés de la ferme, portée par la Société civile d’exploitation agricole du Viel Audon, s’occupent de l’élevage (chèvres, vaches, cochons, poules), de la production de lait et de fromage et de la culture des oliviers et des aromatiques. Ils en assurant la transformation (produit fini ou restauration) et la commercialisation dans la boutique du hameau.« A la différence des enjeux environnementaux qui nous guident vers la décroissance, l’écologie intérieure et relationnelle nous appelle à la croissance ! » Cet aspect fait l’objet d’un grand soin chez les habitants de Sainte-Camelle, car chacun a conscience que les bonnes relations sont essentielles au bon fonctionnement de l’écovillage.

« Nous mettons beaucoup de coeur à préserver un relationnel harmonieux. Bien sûr, cela demande un réel travail sur soi, ses forces, ses blessures. Mais pour transformer le monde, il faut commencer par nous transformer nous-mêmes, alors... » Cette philosophie ne s’arrête pas aux frontières de l’écovillage : créer des relations de bon voisinage avec les habitants proches est une règle d’or !

©Patrick Lazic

L’association le Mat, la plus ancienne, est un centre d’éducation à l’environnement, au développement durable et à la coopération. Elle assure la gestion de l’hébergement de groupe (50 places), proposent des animations à l’attention des scolaires et des particuliers (éco-jardinage, gastronomie de la garrigue, etc.) et également des formations à l’usage des animateurs ou encadrants de structures associatives, MJC, mouvement d’éducation populaire…

“Le hameau est un corps vivant, explique Yann Sourbier, ancien directeur de l’’association Le Mat. Il est composé de différentes structures, de différents métiers, qui ont chacun leurs fonctions propres, comme les organes d’un corps. Malgré leurs différences de fonctions, ces structures et leurs acteurs concourent tous au même objectif, celui de transmettre des valeurs et des savoir-faire liés à l’’identité du territoire ardéchois et à un certain art de vivre en paix, ensemble et avec notre environnement.”

La Voix des Oasis : 35 podcasts pour entendre les oasis de l’intérieur

Depuis des années, des centaines de lieux développent des solutions efficaces pour habiter joyeusement cette planète tout en préservant les écosystèmes. En ville ou à la campagne, tous ont en commun de remettre le collectif, l’autonomie, la sobriété et la solidarité territoriale au centre de leurs vies. En partenariat avec Kaizen Magazine, Colibris et la Coopérative OasisAlexandre Sattler est allée à leur rencontre pour les interroger.
Vivre en oasis ne signifie pas systématiquement vivre isolé et à la bougie ! Chaque écolieu ressemble au collectif qui lui donne vie. Il existe autant d’architectures humaines et habitées que de lieux ! Comment s’organise l’écovillage ? Comment est réparti le travail commun ? Comment prend-on les décisions ? Qu’en est-il des questions financières : achat de terrain, des maisons, des matériaux, des outils… ? Autant de questions auxquelles chaque lieu répond à sa façon.


La parole est donc donnée à tous ceux qui ont fait le choix du collectif et de la sobriété. Cette série de 35 podcasts tente de dessiner un aperçu de la diversité des expériences, de leurs réussites et de leurs difficultés. Et peut-être, de donner à certains l’envie de se lancer…



Commentaires

Cet article vous a donné envie de réagir ?

Laissez un commentaire !