bandeau campagne Nouvelle (R)
Recevoir des infos
Le MagDes idées pour construire demain
Mode d'emploi

35 podcasts pour entendre les oasis de l’intérieur

Les Sens de Theus : l'Oasis herboriste


Vivre en oasis ne signifie pas systématiquement vivre isolé et à la bougie ! Chaque écolieu ressemble au collectif qui lui donne vie. En partenariat avec Kaizen Magazine, Colibris et la Coopérative Oasis, Alexandre Sattler donne la parole aux habitants de ces lieux hors du commun. Ils nous racontent la diversité des expériences, de leurs réussites et de leurs difficultés….

Recevez chaque semaine un épisode par mail !

Les Sens de Theus est une ferme en agriculture biologique située dans la Hautes-Alpes. Pauline et Jean-Pascal, paysans herboristes, y produisent et transforment ensemble des plantes à parfums, aromatiques et médicinales. Le lieu est également un lieu de vie, d’échange, et de formation pour tous les passionnés de plantes.

Dans ce podcast, Pauline et Jean-Pascal nous parle d’agriculture, d’accueil, de wwoofing, de transmission de savoirs au travers de différents stages et ateliers. 

Un peu désarmé par les prix exorbitants des terres en Haute-Savoie, le couple y cherche pourtant un lieu pendant 2 ans. Saisis par l’opportunité d’un terrain de 3,5ha avec une petite maison, mis en vente juste à côté de la maison de famille de Pauline dans les Hautes-Alpes, ils décident finalement de changer de région et de l’acquérir.

Fin 2017, le couple s’installe sur son nouveau lieu de vie et d’activité qu’il appelle « Les Sens de Theus ».

Le soin des gens et de leur intimité

Aujourd’hui, la ferme « Les sens de Théus » produit et transforme des plantes aromatiques et médicinales. Le cœur de l’activité de ces « paysans herboristes » est la « phytothérapie » - le soin par les plantes. Celle-ci consistent en huiles essentielles, eaux florales, teintures mères (préparations traditionnelles, base de la pharmacopée traditionnelles) et gemmothérapie (le soin par les bourgeons de plantes). Pauline et Jean-Pascal produisent aussi des tisanes et des cosmétiques.

Certaines plantes sont cueillies dans la nature, d’autres sont cultivées en agriculture biologique. Pour obtenir des plantes ayant des propriétés puissantes, chaque étape est fondamentale et nécessite une maîtrise d’un processus propre à chaque variété - la culture, la cueillette, la transformation, le stockage, le transport et la diffusion…

L'herboristerie ne se résume pas à la biologie pure. 

©Alexandre Sattler


« Mais l'herboristerie ne se résume pas à la biologie pure. Émotions, énergies, philosophie… les plantes parlent des hommes » raconte Pauline. « En vendant ces produits, on entre dans l’intimité des gens. Ils viennent nous voir avec leurs enjeux physiques et émotionnels du moment. », renchérit Jean-Pascal.

Pour cette raison, les « Sens de Theus » ne se limite pas à être un lieu de production ; formations et accueil de gîte prendront bientôt place à la ferme.

Herboriste : un métier interdit et un savoir traditionnel perdu

Depuis 1941, la loi interdit de parler de plantes à tous ceux qui ne sont pas détenteurs d’un diplôme de pharmacien. Devenue illégale pour beaucoup de paysans, la transmission de ce savoir-faire, traditionnellement orale, s’est donc largement perdue en deux générations. La figure du docteur éduqué venu de la ville s’est imposée face à celle de la femme paysanne dotée d’un savoir populaire.

« Nous sommes officiellement « exploitant agricole, producteur et transformateur de plantes à parfum, aromatiques et médicinales ». Et même si, dans notre cœur, nous sommes « paysan herboriste », nous n’avons officiellement pas le droit de vendre certaines plantes ni celui de parler des propriétés des plantes » explique Jean-Pascal.

On n’a jamais fini d’apprendre. On travaille avec à peu près 90 plantes différentes… ! 


Comme il n’existe pas de cursus clair pour apprendre la connaissance médicinale des plantes, Jean-Pascal et Pauline sont donc allés à la rencontre de ceux qui font encore ce travail en France pour apprendre « sur le tas ». Afin d’obtenir une forme de reconnaissance de son métier, et malgré le fait qu'il ne soit pas officiellement reconnu, Pauline a également décidé de passer le diplôme d’herbaliste à l’Ecole Lyonnaise de Plantes Médicinales. Aujourd'hui, le couple s’entoure d’un réseau de professionnels naturopathes et docteurs en phytothérapie pour échanger sur leur métier. « On n’a jamais fini d’apprendre. On travaille avec à peu près 90 plantes différentes… ! » s’exclame Pauline. Être et faire ensemble


La Voix des Oasis : 35 podcasts pour entendre les oasis de l’intérieur

Depuis des années, des centaines de lieux développent des solutions efficaces pour habiter joyeusement cette planète tout en préservant les écosystèmes. En ville ou à la campagne, tous ont en commun de remettre le collectif, l’autonomie, la sobriété et la solidarité territoriale au centre de leurs vies. En partenariat avec Kaizen Magazine, Colibris et la Coopérative OasisAlexandre Sattler est allée à leur rencontre pour les interroger.
Vivre en oasis ne signifie pas systématiquement vivre isolé et à la bougie ! Chaque écolieu ressemble au collectif qui lui donne vie. Il existe autant d’architectures humaines et habitées que de lieux ! Comment s’organise l’écovillage ? Comment est réparti le travail commun ? Comment prend-on les décisions ? Qu’en est-il des questions financières : achat de terrain, des maisons, des matériaux, des outils… ? Autant de questions auxquelles chaque lieu répond à sa façon.


La parole est donc donnée à tous ceux qui ont fait le choix du collectif et de la sobriété. Cette série de 35 podcasts tente de dessiner un aperçu de la diversité des expériences, de leurs réussites et de leurs difficultés. Et peut-être, de donner à certains l’envie de se lancer…




Commentaires

Cet article vous a donné envie de réagir ?

Laissez un commentaire !