Le MagDes idées pour construire demain

Chronique : La Bergère des Corbières #4

Berger : un métier de chien !


Elle aurait dû être prof de gym, elle sera calligraphe dans le Gers, durant treize ans. Puis en 2007, Florence Robert choisit une vie au contact des animaux et de la nature. Elle devient alors bergère et crée la Ferme des Belles Garrigues à Albas, dans l’Aude. Parallèlement à son activité agricole, elle écrit. En préparation, un livre autour du sort réservé aux orangs-outans et aux forêts primaires dans le monde…



La garrigue tout l'hiver, les naissances à partir du 15 mars, le pâturage sous les parcs photovoltaïques au printemps, le départ à la montagne le 30 juin, l'estive et sa magie... C'est à tous ces rendez-vous de la nature que Florence, bergère des Corbières, nous invite chaque mois.

Tauch, le berger de Crau

Après de belles tempêtes de vent, les premiers amandiers en fleurs annoncent déjà le printemps. Les brebis s’arrondissent doucement, les premiers pis gonflés font des promesses… les naissances commenceront dans un mois et demi. Encore quatre à cinq semaines de garrigue avant de plonger vers les friches et l'herbe verte qui fait de l’œil aux futures mères et aux dents incertaines de nos trente mamies, qui finissent leur vie avec nous. 

Pour les chiens de conduite, le travail devient de plus en plus délicat : il faut éviter « le coup de chien », c'est à dire une action trop forte qui affolerait les brebis ou créerait un mouvement trop vif du troupeau. Ce coup de chien peut entraîner des accidents pour les brebis alourdies, ou pire encore, des avortements. Le berger va donc devoir  marcher davantage encore, et “doser” ses chiens, c’est-à-dire gérer au mieux la pression exercée par eux sur les bêtes.

Nous avons trois races de chiens de conduite : des Border Collie, ces chiens vifs et intelligents bien connus, un berger australien et un Berger de Crau. Ils connaissent des ordres précis : à droite, à gauche, stop, avance, regarde derrière, recule... mais souvent, un sifflement lancé dans une direction suffit pour que le chien fasse ce qu'il a à faire. Le métier et l'intelligence de la situation font merveille. Cette complicité est une des satisfactions intenses du berger.

Patou, Montagne des Pyrénées

Nous avons aussi deux Patous, ou Montagne des Pyrénées, comme dans "Belle et Sébastien" ! Leur rôle est de protéger les brebis des intrus : les voleurs, les chiens divaguants, les prédateurs... Leur éducation consiste à leur faire adopter les brebis dès l'âge de deux mois, comme leur propre famille. Cette imprégnation demande au berger un peu de tact - et une grande discipline pour ne pas faire de câlins à cette peluche sur patte - moyennant quoi, un Patou bien « mis au troupeau » est un adversaire de taille pour tous ces intrus. Nous n'avons pas affaire au loup dans cette partie des Corbières (dans l'Ouest de l'Aude, si), mais des voleurs ont été mis en déroute par deux Patous décidés un certain mois de mai... c'était il y a huit ans.

Patience et persévérance, écoute et soin... les chiens de berger, qui assurent la conduite du troupeau, et les chiens de protection sont de vrais compagnons, avec ce quelque chose en plus qui naît du travail réalisé ensemble jour après jour. On se comprend, on s'applique, on s'aime fort, et tout ça sans phrases. Autre grammaire, autre langue - de bergers.

Commentaires

Je ne pourrais pas faire ce métier car ne pas pouvoir câliner un Patou serait au dessus de mes forces .....

Ajouter un commentaire